Retraite : Arjen Robben, le supersonique hollandais raccroche les crampons.

C’est désormais officiel. Un autre grand joueur tire sa révérence. Sans contrat depuis le 1er juillet, l’ailier hollandais raccroche finalement les crampons. Le bavarois l’a annoncé au journal Telegraaf il y’a quelques jours.

Souvent embêté par les blessures, le batave a marqué le football mondial par ses actions de classes. 19 ans après ses débuts, il met fin à sa carrière au plus haut niveau. Du FC Groningue aux Pays-Bas en passant par Chelsea et le Real Madrid, il a donné des maux de tête aux défenses adverses. 

Retour sur la grande et belle carrière du génie hollandais.

 

firo: 18.05.2019 Fuvuball, Football: 1. Bundesliga FC Bayern Munich Muenchen - Eintracht Frankfurt

 

Ses débuts dans son pays natal.

Arjen Robben débute sa carrière en 2000 dans son pays de naissance au FC Groningue. Il dispute 2 saisons sous les couleurs du club hollandais avec un total de 52 matchs. A l’issue de ces 2 années il se fait repérer par un des plus prestigieux clubs du pays, le PSV Eindhoven.

Avec les Boeren (surnom des joueurs du PSV), il dispute également 2 saisons. Il remporte ses premiers titres nationaux, le championnat et la supercoupe des Pays-Bas en 2003. A Eindhoven, il se distingue dès sa première saison. Il est élu co-meilleur joueur du club avec le serbe Mateja Kezman et est élu meilleur jeune du championnat devant son compatriote Wesley Sneijder. Néanmoins, sa deuxième saison est légèrement moins bonne. Le gaucher rencontre quelques pépins physiques mais son talent ébloui tout de même le championnat.

4 ans après ses débuts dans le monde professionnel, le néerlandais a dès envie d’ailleurs et veut conquérir l’Europe.

09129d42b8baab5c87e0da40b2de67ce

 

De Londres à Madrid, une période mitigée.

 

Intermittent à Chelsea.

Arjen Robben débarque à Chelsea à l’été 2004. Le club démarre un nouveau projet avec l’arrivée de nombreux joueurs et d’un nouveau coach ( José Mourinho en provenance du FC Porto). Comme tout joueur, le batave veut faire ses preuves et s’imposer au sein de l’effectif. Mais ses débuts ne se passent pas comme prévu. Le néerlandais se blesse et manque le début de saison. A son retour, il performe et montre que le club londonien ne l’a pas acheté pour rien. Il remporte son premier titre de champion d’Angleterre lors de la saison 2004-2005.

Sa deuxième saison est plus convaincante. L’hollandais joue plus et se blesse moins. Il est aligné à 49 reprises toutes compétions confondues par José Mourinho. Il finit l’année avec 10 buts et 6 passes décisives.

C’est lors de sa 3ème et dernière saison que tout va se compliquer pour Robben. Le patron du club Roman Abramovitch omnibulé par la Champions League, décide de s’attacher les services de grands joueurs. Michael Ballack, Andriy Shevchenko et Ashley Cole posent leurs bagages à Londres.

Titulaire la saison passé, Robben se frotte à une forte concurrence au moment de débuter l’exercice 2006-2007. Le jeune hollandais ne rentre pas toujours dans les plans du « Special One » et ses blessures n’arrangent pas les choses. Néanmoins, il profite de l’absence de Joe Cole et du départ de Damian Duff pour se montrer. Pendant cette période il se montre performant mais intermittent. Le numéro 16 de Chelsea enchaîne les matchs mais enchaine aussi les blessures.

gettyimages-51691343

 

Un court passage au Real Madrid.

Le néerlandais arrive au Real Madrid pour « se relancer ». Le club madrilène a déboursé 36 millions d’euros pour le batave faisant de lui à l’époque le 4ème transfert le plus chère de l’histoire du Real Madrid.

A la « Casa Blanca »  il côtoie ses compatriotes Van Nistelrooy, Sneijder ,Van der Vaart et Drenthe. L’année 2007-2008 est mitigé pour lui. S’il s’impose dans le 11 de départ de Bern Schuster au profit du brésilien Robinho, le néerlandais se montre encore une fois instable sur le plan physique. Malgré cela, il est considéré comme un joueur important de l’effectif madrilène. Il termine l’année en ayant disputé 34 matchs toutes compétitions confondues avec un titre de champion à la clé.

La saison suivante, le dynamiteur hollandais est plus constant. Malgré quelques pépins physiques, il est régulièrement sur les feuilles de matchs et se fait rare à l’infirmerie. Sur la plan individuel, il réalise une saison plus que correcte mais on sent qu’il peut mieux faire et que son potentiel n’est pas exploité a 100%.

En revanche sur le plan collectif, le Real Madrid ne réalise pas une saison séduisante. Les merengues sont totalement dominés par le FC Barcelone de Pep Guardiola en championnat. Entre temps, la politique du club change. Florentino Perez est de retour au club. Il décide de faire venir des superstars. Cristiano Ronaldo, Ricardo Kaka et Karim Benzema arrivent au club. Arjen Robben doit s’en aller à contre coeur.

Real-Madrids-Dutch-Arjen-Robben-celebra-1558777349

 

2010-2014, les années de gloire.

 

Résurrection avec le Bayern Munich.

Arjen Robben ne le sait pas encore. Mais le Bayern Munich sera le dernier club de sa carrière. Les allemands décident de miser sur le gaucher. Le club bavarois trouve un accord de 25 millions avec le Real Madrid. L’hollandais hérite alors du numéro 10 laissé libre depuis le départ de Roy Makaay.

L’ailier hollandais vit ses meilleurs années de footballeur de 2010 à 2014. Dès son arrivée au club, il se hisse jusqu’en finale de la Ligue des Champions. Malheureusement, les munichois sont défaits par l’Inter de Milan de José Mourinho ( 2-0).

Arjen Robben enchaine les performances et les saisons de haut niveau. La saison 2011-2012 est aussi une masterclass de sa part. Même s’il ne remporte pas le titre de champion avec son club, il hisse de nouveau le Bayern en finale de ligue des champions. Mais, ils vont buter une nouvelle fois à ce stade de la compétition face à Chelsea. Le néerlandais loupe le penalty de la gagne lors de la prolongation. A défaut d’avoir remporter la coupe aux grandes oreilles, le numéro 10 bavarois présente des statistiques interessantes ( 43 matchs joués , 21 buts et 9 passes décisives).

En ayant subit 2 défaites en 3 ans en finale de ligue des champions, Robben et ses partenaires abordent la saison 2012-2013 revanchard. Pourtant remplaçant en début de saison, il profite de la blessure de Toni Kroos pour réintégrer le 11 de départ de Jupp Heynckes. L’ailier réalise une campagne européenne remarquable en inscrivant 4 buts dont 2 en demi final face au FC Barcelone et un autre en finale. Après les échecs subit le néerlandais est enfin récompensé.

Soccer - UEFA Champions League Final - Borussia Dortmund v Bayern Munich

 

Performances de hautes volées avec les oranjes.

En parallèle de ses performances en club, l’international néerlandais passe un cap en sélection. En 2010, il est finaliste de la Coupe du Monde. Auteur d’un mondial de haut niveau, l’ailier est l’un des éléments forts de son équipe. Il aurait meme pu rentrer dans l’histoire des Pays Bas s’il avait eu un peu de chance lors de son fameux duel face à Iker Casillas.

4 ans plus tard, il est de nouveau sélectionné pour la Coupe du Monde au Brésil. Avec un mélange de jeunesse et d’expérience les Pays-Bas se hissent jusqu’en demi finale. Le vice capitaine des oranjes, fait parlé toute sa palette technique et physique dès les premiers matchs. On se souvient tous de sa performance XXL face à l’Espagne en phase de poule ou il s’est joué de Sergio Ramos et de Iker Casillas.

Robben-Holland

 

Un joueur incroyable.

« Thank You, Danke, Merci. Le meilleur coéquipier au Bayern que je pouvais imaginer, Robben ne sera jamais oublié ! Quelle carrière mon ami, profite maintenant de ton temps hors des terrains ». Franck Ribéry

Des complicités hors du commun.

Arjen Robben était un joueur exceptionnel. Passé par les plus grands clubs européens, il a laissé son empreinte au Bayern Munich. Lors de ses années en Allemagne il a formé l’un des meilleurs duos que le football ait connu avec Frank Ribéry ( les allemands ont surnommé ce duo « Robbery »). Efficaces, dribbleurs, altruistes et généreux, les 2 ailiers ont fait les beaux jours du quintuple vainqueurs de la C1.

En plus de former un des meilleurs duos offensifs du monde, il a aussi développé une complicité avec son latéral droit et capitaine Philipp Lahm. Les 2 joueurs s’entendaient à merveille sur le coté droit. Entre dédoublements, combinaisons et unes-deux, ils ont fait tourner les têtes des adversaires.

La spéciale Robben.

Le batave est aussi connu pour sa capacité à trouver facilement le chemin des filets. Le numéro 10 excellait sur son coté droit et repiquait souvent dans l’axe pour ajuster le gardien en propulsant la balle coté opposé.

 

Ou serait-il allé sans les pépins physiques ?

 

Le néerlandais a souvent été gêné par les blessures pendant sa carrière. Aurait-il pu évoluer à un plus haut niveau s’il avait été épargné par les blessures ? Aurait-il pu titiller les plus grands joueurs de sa génération comme Lionel Messi et Cristiano Ronaldo ? Malheureusement on ne le saura jamais mais c’est une question qui mérite d’être posée.

Bonne retraite monsieur et merci.

 

20190704183548351

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :